• 0842 555 000 Prix d'un appel local
  • 8'800 produits en stock
  • 4,6/5
    Satisfait ou remboursé
  • Première commande ? Livraison offerte dès CHF 150.-
Deutsch | Français
logo raja 0842 555 000 Prix d'un appel local
CHF 0.00 Aucun article
Commande par référence
Programme d'actions Femmes et Environnement

Femmes et environnement

L’actualité du programme

Lundi 29 février 2016

Le bilan de cette première campagne est positif !

Depuis septembre 2015, grâce à vous tous, la Fondation RAJA Danièle Marcovici a déjà collecté plus de CHF 430'000... Lire la suite

Ces fonds vont permettre aux 5 associations bénéficiaires, entre autres, de former 800 femmes à de nouvelles techniques agricoles, de distribuer plusieurs centaines de kits de maraîchage, ou encore de reboiser 12 hectares de forêt. Rendez-vous le 8 mars !
La première campagne du programme " Femmes et Environnement" s'est achevé le 29 février 2016. À l'occasion de la journée internationale de la femme le 8 mars, les fonds collectés sont remis aux associations.

Refermer
1ere date

Lundi 26 octobre 2015

Projets à la une, #1

Interview de Myriam Mackiewicz, Coordinatrice Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières au Togo... Lire la suite

Pourquoi ce projet est-il important ?
A quels besoins répond-t-il, à la fois pour les femmes et l’environnement ?

Ce projet répond à un triple défi : alimentaire, environnemental et social.

En effet, la région des Savanes est soumise à une forte insécurité alimentaire : une famille sur 3 est en déficit de céréales pendant la période sèche.

Par ailleurs, la dégradation de l’environnement est très prononcée : des pratiques agricoles inadaptées, telles que le brulis, fragilisent les sols et les arbres sont coupés pour servir de bois de chauffe.

Enfin, d’un point de vue social, les femmes méconnaissent leurs droits et leur rôle économique, pourtant fondamental, qui n’est pas reconnu à sa juste valeur ! Ce projet, nous l’avons monté, et le menons avec nos partenaires togolais, l’ONG INADES Formation et l’organisation paysanne UROPCS, ce qui garantit l’appropriation du projet par les femmes et sa pérennité.

En quoi cette opération va permettre de changer la situation des femmes que vous accompagnez ?

Cette action permet d’agir à différents niveaux : d’abord au sein de la cellule familiale, grâce aux formations reçues sur leurs droits, les femmes acquièrent une plus grande confiance en elles-mêmes et sont plus à même de négocier avec leur mari, par exemple pour pouvoir bénéficier de terres cultivables plus fertiles. Dans leurs champs, les femmes mettent en pratique de nouvelles façons de cultiver apprises dans les champs écoles, comme par exemple l’utilisation plus importante de compost ou d’insecticides 100 % naturels.

Avec la plantation d’arbres, elles vont aussi s’approvisionner plus facilement en bois de chauffe et ainsi réduire la pression sur la végétation naturelle. Enfin, dans leurs champs, les femmes mettent en pratique de nouvelles façons de cultiver apprises dans les champ-école, comme par exemple l’utilisation plus importante de compost, l’association de cultures, l’utilisation d’insecticides 100 % naturels fabriqués à partir de piments et de graines de neem (arbre connu sous le nom de Margousier, originaire d’Asie du Sud-est, très répandu dans le monde)

Pourriez-vous nous raconter le parcours de femmes du projet qui vous ont particulièrement touchée ?

Sur le terrain, avec Fidel notre chef de projet, nous avons rencontré Hortense et Yémila qui nous ont raconté en quoi leur quotidien a changé grâce au projet :

« Agée d’une cinquantaine d’années, Hortense est veuve et vit dans le village de Nano où elle est membre d’un groupement d’agricultrices. Grâce au projet, elle a pu se former aux pratiques agroécologiques dans un champ-école et partage une charrette et un âne avec trois voisines. Dans une grande excitation, elle s’est exclamée : Ah ! Que de soulagement ! Avec notre charrette, finies les corvées d’eau, de bois morts et de récoltes ! C’est comme si mes peines étaient divisées par dix. Et puis, regardez cette parcelle ! Elle nous donnera 2 fois plus de maïs que d’ordinaire ! Cette année, nous avons produit 4 fois plus de compost. Avant, nous avions une fosse que nous avions dû mal à remplir et à arroser, cette année, avec la charrette, nous avons rempli deux fosses avec l’accompagnement des techniciens du projet. Avec un bon remplissage et un arrosage suffisant, nous produisons un bon compost. Voyez le résultat, c’est la promesse de belles récoltes ! »

« Yémila vit avec son mari et ses 6 enfants dans le village de Nagbongou. Elle s’est formée aux pratiques agroécologiques dans un champ-école et nous raconte le changement de comportement de son mari suite aux formations qu’il a reçues sur les droits socio-économiques des femmes et la gestion d’un grenier : »

« Un soir, mon mari m’a fait asseoir sur notre terrasse, puis il m’a dit : mère de mes enfants, je voudrais qu’on parle de notre grenier et qu’on réfléchisse ensemble sur la façon d’éviter les périodes de soudure que nous connaissons à chaque début d’hivernage »

« C’était la 1ère fois depuis notre mariage que cela arrivait, discuter ensemble avec mon mari de la bonne marche du foyer ! Très curieuse, j’ai voulu comprendre …. Il m’a confié : la formation sur les droits socio-économiques des femmes m’a fait comprendre l’importance du dialogue dans la famille et pendant la formation conseil à l’exploitation familiale, j’ai compris que pour mieux gérer le grenier, l’implication de la femme est indispensable ». La suite, c’est que nous avons planifié ensemble l’utilisation de nos vivres. Pour la première fois aussi, nous avons évité la soudure et je n’ai pas eu à utiliser les recettes de mon activité, (Yémila fabrique aussi une boisson fermentée locale produite à partir de sorgho) pour acheter les vivres. Chaque année, après la soudure je devais repartir à zéro. Cette année, je dispose d’un bon capital et je compte faire un stock de sorgho. Je rends grâce à Dieu et au projet »

Refermer

Lundi 7 septembre 2015

Agenda de l’action : 2 évènements majeurs

Décembre 2015

À l’occasion de la COP21(1), la Fondation RAJA-Danièle Marcovici organisera un colloque consacré au rôle central des femmes dans la lutte contre le changement climatique et la protection de l’environnement. Cet événement, ouvert à tous, réunira des personnalités engagées et des experts de haut niveau... Lire la suite

(1) Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015.

8 Mars 2016

À l’occasion de la journée internationale de la femme, la Fondation RAJA-Danièle Marcovici remettra les fonds collectés de septembre 2015 à février 2016 aux 5 associations sélectionnées pour le programme d’actions “Femmes et Environnement”

Refermer